Internationales

Nous ne sommes pas sauvés pour vivre en ermites dans une grotte

By février 5, 2020 No Comments

Par : Christelle Agboka, pour Canadian Adventist Messenger, et Adventist Review / BIA_ANN

Les adventistes du septième jour à Hamilton, Ontario, au Canada, ont récemment ouvert leur premier centre d’influence dans la province. Le centre « Really Living » (pour vivre : « Vivre Vraiment »)  a été lancé à l’automne 2019 lors d’une cérémonie d’ouverture à laquelle ont assisté des centaines de membres de l’église et d’invités venus de toute l’Amérique du Nord.

L’installation sur 2 300 mètres carrés du premier centre d’influence de la Fédération Adventiste en Ontario, un espace servant à la fois de lieu de culte pour l’Église adventiste du septième jour « Really Living », et de centre communautaire ouvert au public plusieurs jours par semaine.

Le nouveau centre permettra d’offrir un éventail de programmes que proposent déjà l’église locale, par exemple une école de cuisine végétarienne. On y trouvera dans son sein un endroit pour la partie mécanique automobile gratuitement à disposition notamment des parents célibataires. Peuvent s’organiser également des camps d’été, des soirées sportives pour les jeunes, ainsi que d’autres nouvelles activités, comme des cours de couture, un bar à smoothie et de l’escalade en salle, et bien d’autres encore.

« Nous avons essayé de penser à tout, pour répondre non seulement aux besoins de nos jeunes, des uns et des autres de notre communauté, mais aussi à ceux de la société là où nous nous trouvons. C’est la raison de notre présence ici », a déclaré Brenda De Medeiros, une ancienne et membre fondatrice de l’église.

Selon les dirigeants, les centres d’influence au cœur de la vie réelle répondent aux réalités de la société d’aujourd’hui. Les méthodes traditionnelles de sensibilisation comme les séries d’évangélisation publique ou le porte-à-porte sont insuffisantes. Répondre aux besoins des gens et ensuite partager l’évangile, telle était la méthode du Christ en son temps. Pour un plus grand impact, les centres urbains en particulier comme Halmiton, sont les moyens plus percutant dans notre entourage, ont déclaré les dirigeants.

Dan Linrud, ancien secrétaire de la Fédération d’Ontario,  a exprimé sa joie de voir sortir de terre les premiers bourgeons des graines qu’il avait plantées 19 ans plus tôt  alors que le fondateur de Living Word Church (maintenant appelée Really Living) s’épanouissait. Il a décrit les faibles commencements de l’église, se réunissant en petit groupe d’environ 25 membres transplantés de l’église mère, Hamilton Mountain, dans le sous-sol d’une maison à cette époque.

« Ce petit groupe de croyants cherchaient à dénoter sa différence en étant sel et lumière du monde », a souligné Linrud. Ainsi, ont-ils suivi le modèle d’Actes 2 qui consiste à étudier la Parole et à prier ensemble dans des maisons différentes, à établir des relations et à tendre la main à la communauté. Linrud a encouragé les personnes présentes à une transformation opérée par Jésus afin qu’elles puissent changer et illuminer tout autour d’elles.

Ensuite, l’éloge des dirigeants actuels de l’église sur les premières esquisses d’un projet devenu réalité.

« Le pasteur Francis et Tina Douville ayant pris le relais ont ainsi porté et accompli cette extraordinaire vision » a déclaré Linrud avec reconnaissance de la place accordée à Dieu.

Ensuite, Francis Douville à son tour, remercie Linrud pour son ouverture d’esprit dans les relations notamment par le fait qu’il ait « accordé du crédit aux membres de l’église locale », et soulignant les valeurs d’abnégation des  « gens de cette église absolument phénoménaux. »

Linrud et sa femme, Verlaine, venus tous deux spécialement pour cette inauguration à laquelle on comptait également  le pasteur Juan Fresse, le président de la Fédération de l’Ontario, Mansfield Edwards, et le président de l’Église adventiste du septième jour au Canada, Mark Johnson.

Dans son discours d’ouverture de ce samedi (sabbat), M. Johnson reconnaît « Really Living » comme modèle pour les autres églises de l’Ontario. « Nous ne sommes pas sauvés pour être des ermites dans une grotte. Nous devons être là où se trouve le peuple de Dieu ».

En conclusion, Linrud a noté le dynamisme de ce « Centre Vraiment Vivant » « destiné à être un phare dont la lumière brille [dans] une communauté envahie d’obscurité tout autour d’elle ». Il a également interpelé ses auditeurs leur rappelant qu’ « aussi beau et majestueux que soit ce bâtiment, aussi confortables que soient les sièges, ce n’est pas là la finalité ni notre destination finale… Ce n’est pas la demeure promise… ».

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply