Actualités locales

FFN : “C’est évident, nous sommes là”

« L’Église est constitué d’adulte …et de jeune et chacun a de la valeur. Les deux ont de la valeur pour Dieu. AUJOURD’HUI. Trop souvent, les jeunes sont laissés au vestiaire de l’Église de façon délibéré ou de façon inconsciente. Chaque adulte doit, devrait accompagner les jeunes de l’Église, de son église. Je suis certain que chaque adulte possède une relation amicale avec un jeune de son église. A nous adulte de devenir une sorte de mentor pour ce jeune en particulier. Le jeune reçoit et … l’adulte aussi dans cette relation.

Quelle est la place du jeune ?

Voyons une église locale située à Élancourt près de Versailles. Cette communauté est sensible à la présence du jeune depuis longtemps. Les anciens sont vigilants à cela, surtout un. La Jeunesse Adventiste (J.A.) existe, compte pour cette communauté. La section des bourgeons (4 à 6 ans) a été mise en place dans cette église pilote. Le Mois de la Jeunesse est devenu depuis des années une obligation pendant le mois de mars. Élancourt a été pionnière aussi dans ce mois spécial. Sans ce mois, les jeunes d’Élancourt serait déboussolé, abandonné voir trahi, s’il était suspendu, reporté, supprimé.

Toutes les sections, tous les âges, sont concernés (Bourgeons, Tisons, Explorateurs, Compagnons et Ainés et Jeunes Adultes).  Renseignez-vous chers adultes pour mieux connaître les âges respectifs de chaque section ? Connaître leur programme de l’année.

Par la Jeunesse, l’Église existe, l’Église vit. Je connais une église normande sans section J.A. pendant longtemps qui attendait ses jeunes et qui mettait à sa trésorerie un budget année après année en espérant qu’ils apparaissent. Et, ils sont venus et l’Église a changé de visage. L’Église, avec ses jeunes, rayonne à l’extérieur. Parfois, c’est la seule façon que l’Église a d’exister pour le monde, la société, la ville qui nous accueille.

Alors, découvrons cette section J.A. d’Élancourt. Deux actions particulières et les nominations de cette communauté vont nous guider dans cette réflexion. Tout d’abord, les jeunes Compagnons, ainés et jeunes adultes organisent leurs présences à la Banque Alimentaire qui se déroulent fin novembre de chaque année. Ils ont démarché pour trouver le magasin de référence qui les reçoit depuis deux ans. Cette section est accompagnée de celle des Explorateurs qui leur permet de recevoir un nombre de denrées importantes. En 2018, ils ont récolté une soixantaine de colis. En 2019, ils sont montés jusqu’à 87 cartons qui représentent trois tonnes de produits. Il faut indiquer que la section Explorateur vient en tenue, chemise, foulard.

Certains se sont confiés pour dire leurs intérêts pour cette action régulière. Sara précise : « C’est intéressant. Je suis utile. Nous sommes bien acceptés, bien reçu. »  Rebecca, elle, nous dit : « C’est normal d’être là, comme à chaque fois. L’habitude est prise. Les gens sont généreux. C’est utile pour les gens dans le besoin. Récolter de la nourriture, c’est bien. » Ou Laurianne qui précise « Je suis contente de faire cela. C’est sympa en groupe. Seul, c’est déprimant. »

Un des jeunes organisateur, Matthieu, incite sur : « cette action n’est pas aussi difficile à mettre en place qu’il y paraît. Nous transmettons ce projet à tous les jeunes J.A. d’Élancourt pour qu’ils participent. C’est un lien vers les autres. Cette journée est consacrée vers la société. Si tout le monde achetait un article, il y aurait moins de problème autour de nous. »

L’une nous a dit d’ailleurs avec une voix frétillante, « maintenant quand une personne fait la quête dans la rue. Je m’arrête. »

Mais, un regret, ce geste d’agir pendant cette journée manque de cheveux blancs de l’église. C’est une remarque qui m’a été confiée pour l’année prochaine : « la présence des adultes serait super. Puisse l’année prochaine y pensé. Faire cela avec eux serait très bien. Ils sont les bienvenus. »  J’espère que le message sera bien reçu.

La deuxième action qui se vit depuis quelques années à Élancourt pour les J.A. est leur participation au Téléthon. Quatre ans de présence. Les jeunes sont aussi au rendez-vous. Toutes sections confondues. Leur mission est claire pour eux, comme me disait un des jeunes, « nous sommes là pour récolter des dons. Et pour faire découvrir qui nous sommes ». Dans un gymnase, ils ne passent pas inaperçus dans leurs tenues scoutes. Les parents les accompagnent et découvrent leur intervention avec leur stand. Cette année, en plus des parcours de fauteuil roulant comme l’année précédente, un jeune a rajouté des activités autour du braille, et aussi de marche de la cécité. Tout cela sur le handicap pour le Téléthon. Un parent, Yves, a réagi, « la participation des J.A. est une bonne chose. Le Bon Dieu nous mêle pour aller dans le monde, savoir les approchés. Pour dire qui nous sommes. » Deux animateurs ont bien voulu expliquer le bien-fondé de la présence des J.A.  Alain, « C’est positif pour les jeunes d’être là. C’est similaire à l’année dernière. L’énergie est bonne. Cela augmente notre capacité de servir. Nos jeunes sont plus conscients de ce qui se passe autour d’eux. Ils veulent apprendre même si pas toujours évident. »  Pour Raphaël, « c’est une bonne action. Les jeunes trouvent leur marque. Ils arrivent à sociabiliser. Ils accompagnent le public, ils sont plus à l’aise face au public. » L’année prochaine, les J.A. cherchent une autre méthode à expérimenter pour être encore plus utile. Le Téléthon apporte l’opportunité d’être présent et de se mettre au service de la cité.

Un jeune … ANCIEN

Puis, aux nominations d’église de mai –  juin 2019, les jeunes ont trouvé encore plus leur place dans l’église d’Élancourt. Pour certains, il faudrait aller encore plus loin. Mais, leur présence est reconnue. Une étape a été franchie. Décisive, seul l’avenir le dira. A cette nomination au poste d’ancien a été nommé un jeune. Un jeune adulte. Il est né dans l’église. Il a 25 ans.

A été animateur de l’École du Sabbat et d’autres responsabilités ont jalonné son parcours. Il a prêché pendant le Mois de la Jeunesse. Et, je crois que sans me tromper, il possède un don pour la prédication. Il m’a été dit un jour que Dieu qualifie quand il donne une responsabilité.

Ce jeune Fabien a été nommé ANCIEN, en formation. Il est bien entouré par une bonne équipe d’ancien. Il a réagi à cette nomination. En lui demandant si être jeune et être nommé ancien, si les 2 vont bien ensemble ? Sa réaction spontanée a été de répondre « Pourquoi ça n’irait pas ensemble ? Quand Dieu choisit un ancien, il ne regarde pas au C.V., il regarde à la compétence. » Pour lui justement cette fonction représente-t-elle une charge ou une sacrée responsabilité ? « Évidemment, les deux. C’est une charge importante et c’est sacré pour moi. » Avant de prendre sa décision, il a passé son été à réfléchir et en prière. Il a accepté. Depuis octobre, la communauté dans son ensemble voit d’un bon œil la place qu’il prend. Il se sait soutenu par les autres anciens, les membres d’église et surtout d’être accompagné par son Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Le Seigneur lorsqu’il donne une responsabilité, il nous qualifie en nous apportant ce qu’il nous manque. Si nous lui donnons la direction des opérations. Fabien est dans cet état d’esprit.

 

ADULTE FACE AU JEUNE

L’adulte face au jeune, quelle est encore la place de l’adulte ?  Oui, certains retournent la situation. Explication. L’adulte peut ressentir comme une opposition l’arrivée du jeune. Être mis sur la touche. L’adulte pourrait croire qu’il perd sa place. Le paradoxe de la peur d’être remplacé et en même temps, souhaite une relève qui parfois tarde. Regardons. Observons. Tout prêt. Là. Devant nous. La relève, elle existe.

Les adultes doivent en prendre soin. La jeunesse peut être fragile. Il me semble que l’Éternel nous interpelle puisqu’à la fin des temps, une mission particulière est assignée à la jeunesse par la prophétie biblique et dans les écrits d’Ellen WHITE. Nous devons, nous les adultes, cajolés, protégés, guidés, redressés, instruire par l’exemple nos jeunes. Pas simple. Pas toujours évident. Tout cela pour eux-mêmes, pour être pleinement eux-mêmes et par conséquent accomplir la mission qui les attend, comme les adultes d’ailleurs.

Le Ministère auprès des Enfants qui peut englober l’École du Sabbat, la Jeunesse Adventiste, a besoin de se sentir épauler. D’ailleurs, l’E.D.S. et la J.A. pourraient collaborer encore plus pour associer les jeunes dans l’Église. Les situations évoluent dans le bon sens. Lorsque je suis entré dans l’Église, tous les âges vivaient des activités communes. Il faudrait retrouver cette dimension. Chanter ensemble « Jeunes et vieux » est une étape. Il faut l’inclure dans la vie d’église, à chaque sabbat, chaque instant. A Élancourt, le jeune trouve sa place. Puisse servir d’exemple pour bâtir notre mission chrétienne autour de nous. Adultes et jeunes pourront dire ensemble côte à côte, et pas seulement pendant un mois de l’année, évidemment, NOUS SOMMES LÀ.

Jeff Crételle, – Département communication église d’Élancourt.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply