Internationales

En Australie, le Groupe Adventiste chargée de la Conservation Naturelle travaille à la restauration d’une zone sensible de Bushland

Par : Tracey Bridcutt, Adventist Record / Adventist Review

Cette initiative est un moyen pour les volontaires de montrer que Dieu est le Maître Créateur, disent-ils

La Division du Pacifique Sud (SPD) est la gardienne d’un joyau précieux, le “Jewel of Lane Cove”, comme on l’appelle – un magnifique rappel de l’étonnant travail de Dieu.

La zone de préservation de l’environnement de 31,4 hectares est adjacente au parc national de Lane Cove à Sydney, en Australie. Il s’agit d’un élément important du domaine de Wahroonga, une zone de 66 hectares de terres acquises par l’Église adventiste du septième jour en 1898. Le domaine comprend également l’hôpital adventiste de Sydney de Wahroonga, deux églises, une école adventiste et le siège de la Division (SPD).

Le SPD prend au sérieux sa responsabilité de s’occuper de la brousse, allouant chaque année près de 500 000 dollars australiens (331 000 dollars américains) à son entretien et à sa régénération. Le site, de grande envergure environnementale, abrite une faune et une flore très diversifiées, dont deux communautés écologiques en danger critique d’extinction : la forêt de térébenthine et d’écorce de fer de Sydney et la forêt de gomme bleue. Des bandicoots, des échidnés et des planeurs à sucre figurent parmi les résidents. Elle abrite également environ 70 espèces d’oiseaux, dont la puissante chouette.

Le site est entretenu par le personnel du service de gestion des sols de l’Adventist Aged Care (AAC) et par un bon nombre de bénévoles de la collectivité qui ont formé le groupe Wahroonga Waterways Landcare. Ils sont dirigés par Graham Wegener, responsable de projet et de terrains de l’AAC, qui a entrepris le projet il y a 16 ans, et Jayden Streatfeild, le spécialiste de l’environnement du site. Lorsque Wegener a commencé à travailler sur le site, une grande partie de celui-ci avait été envahie par des troènes et des lantaniers. Cela avait entraîné une augmentation du nombre d’animaux sauvages comme les rats, les lapins et les renards.

La régénération a nécessité beaucoup de travail, dans le but de rendre à la brousse son état d’origine. Outre la gestion des mauvaises herbes, le groupe se concentre sur les plantations, la lutte contre l’érosion et la propagation de semences indigènes, cette dernière contribuant à préserver l’intégrité génétique du site. L’Australie ayant connu une longue période de sécheresse et de récents feux de brousse dévastateurs, un autre aspect essentiel de leur travail consiste à empêcher l’accumulation de végétation ou de « combustible ».

« Nous maintenons toutes les zones de protection des biens en bordure du site parce que nous sommes entièrement entourés de zones urbaines, il est donc essentiel que nous le fassions en bon voisin », a déclaré M. Wegener.

Leur travail a un impact significatif, l’équilibre délicat de la nature étant restauré. Au cours des huit dernières années, on a constaté une augmentation notable des insectes et des oiseaux, notamment un afflux important d’abeilles indigènes, a déclaré Jillian Nolan, naturaliste et photographe bénévole résidente. Des plans sont actuellement en cours pour créer des « hôtels d’abeilles » pour la communauté, qui fourniront des lieux de nidification aux abeilles.

Les randonneurs, les ornithologues et les vététistes font partie de ceux qui apprécient la beauté et la sérénité du site régénéré. Des sessions d’éducation environnementale sont organisées pour les écoles locales, les associations communautaires et les groupes d’entreprises.

« Nous sommes en mesure de partager avec ces groupes les merveilles complexes de la nature qui parlent d’un maître concepteur, d’un Dieu créateur », a déclaré M. Wegener.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une forme typique de travail de proximité dans les églises, le programme contribue à susciter des discussions sur Dieu. Par exemple, 26 espèces différentes d’orchidées et des panneaux de signalisation installés à différents endroits le long des sentiers de la brousse aident les visiteurs à identifier les espèces de plantes mais aussi à attirer l’attention sur la puissance créatrice de Dieu, car chaque panneau comporte un verset de la Bible.

« Nous partageons un verset de la Bible comme un moyen de faire connaître l’étonnante créativité, la bonté et la grâce de Dieu », a déclaré M. Wegener.

« Le programme de régénération de la brousse s’est avéré être une véritable opportunité de mission et contribue à une prise de conscience positive de l’église. Les promeneurs qui se baladent dans la vallée et voient tout le travail de revitalisation qui est fait disent que c’est la meilleure façon de faire connaître l’église ».

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply