EnfantsFamilleRéflexions spirituelles

Élever des enfants… ça fait peur !

By septembre 1, 2020 No Comments

Clair Sanches, directrice du Ministère des femmes et du Ministère des enfants de la Division transeuropéenne, Royaume-Uni / Adventist World

Comment surmonter nos craintes parentales ?

Nous venions de donner naissance à notre premier enfant. Nous étions de nouveaux parents au début d’une nouvelle aventure ! Du jour au lendemain, nous sommes devenus responsables d’une autre vie humaine. Notre enfant ne pouvait ni se nourrir, ni se laver – bref, il était totalement dépendant de nous. Intimidant, non ? Nous avons alors pris conscience qu’avec toutes nos idées préconçues sur l’art d’être parent, nous étions loin d’être parfaitement équipés pour une telle responsabilité, et que nous avions bien besoin de conseils.

Parmi nos lecteurs, ceux qui sont de nouveaux parents éprouvent sans doute la même chose. Par conséquent, où aller chercher de l’aide ? Peut-être avez-vous demandé conseil à des amis expérimentés, suivi un cours et/ou lu des livres sur l’éducation des enfants. Être parent est l’œuvre la plus importante au monde, mais c’est aussi celle pour laquelle nous sommes le moins qualifiés. Les parents de plusieurs enfants vous le diront : chaque enfant est différent. Ce qui marche pour l’un ne marche pas forcément pour l’autre. L’une de mes tantes, mère de 10 enfants, m’a souvent dit que les 10 étaient tous différents !

MAIS QU’EST-CE QUI FAIT SI PEUR ?

Élever des enfants… Qu’y a-t-il donc d’effrayant là-dedans ? La Bible décrit les enfants comme étant « un héritage de l’Éternel » (Ps 127.3) (1). Pourtant, l’éducation des enfants entraîne spontanément un certain niveau d’anxiété.

Ici-bas, il est tout naturel de ressentir une certaine anxiété, une certaine crainte. Au moment où j’écris cet article, la planète entière est aux prises avec la pandémie de coronavirus. La peur et la mort se répandent. Le péché ayant rempli notre monde de risques et de défis, il est tout à fait normal que les parents aient parfois peur. Mais il y a une grande différence entre vivre une certaine anxiété, une certaine peur, et les laisser envahir totalement notre vie.

Nous voulons tous être parents par amour, pas par anxiété ! Mais il faut bien être honnête : nous faisons tous des erreurs. Dans ce monde brisé, nul n’est parfait. Nous avons tous des tempéraments différents, et cette diversité fait aussi partie de la donne. Certains d’entre nous sont naturellement plus anxieux, tandis que d’autres semblent prendre les choses comme elles viennent.

En fonction de votre situation spécifique, notamment de l’endroit où vous habitez, vos craintes seront différentes de celles des autres. Vous pouvez craindre pour la sécurité de votre enfant, ou vous inquiéter parce que vous ne savez pas d’où viendra le prochain repas de votre famille. Votre enfant est peut-être victime d’intimidation ; ou encore, vous vous efforcez de répondre à ses besoins spécifiques. Vous habitez peut-être dans un pays où les armes à feu sont dangereusement accessibles, ou faites partie d’une famille de migrants en fuite.

D’autres parents s’inquiètent peut-être du temps que leur enfant passe sur Internet. Et les chrétiens, eux, peuvent se demander si leur enfant suivra Jésus.

RÉPONSE, S’IL VOUS PLAÎT !

Comment un parent peut-il donc élever un enfant sans crainte, sans se sentir accablé par les énormes responsabilités que cela implique ?

Vous pouvez commencer par faire la liste de vos craintes et de vos angoisses personnelles. Le fait de coucher sur papier ces craintes et angoisses spécifiques vous aidera à vous concentrer sur votre situation émotionnelle et à objectiver vos craintes. Cet exercice tendra à diminuer l’emprise de la peur sur votre esprit. Ensuite, posez-vous les questions suivantes : « Cette peur est-elle fondée ? Y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour m’en débarrasser ? Suis-je raisonnablement inquiet ? »

Enfin, nous pouvons apporter nos peurs et nos angoisses à Dieu. Il est remarquable de voir la somme de connaissances que nous pouvons acquérir de cette façon. « Notre Père céleste dispose de mille moyens de nous venir en aide dont nous n’avons aucune idée (2). » Confions notre enfant à Dieu, puis, ayons l’assurance qu’il nous aidera à être les meilleurs parents possibles. Élever un enfant ? Faites-en votre aventure avec Dieu ! Et lorsque l’inattendu se produira, vous ne serez pas seul.

Lors de cette grande aventure, partagez vos sentiments avec votre conjoint ou un ami digne de confiance. Le fait de vous exprimer vous aidera à obtenir de nouvelles perspectives et à atténuer votre niveau d’anxiété.

Il est également important de prendre le temps de vous focaliser sur votre santé en faisant de l’exercice physique, des exercices de respiration profonde, etc. Une bonne santé physique favorise une bonne santé mentale.

AMOUR ET ORIENTATION

L’un de mes anciens professeurs a résumé l’éducation des enfants en deux mots : amour et orientation. Cela signifie être présent dans la vie de vos enfants, leur donner de l’affection, être prévisible et stable dans leur vie, et les encourager. Les enfants ont besoin de savoir que vous êtes là pour eux. Respectez-les et aidez-les à respecter les autres. Parlez à vos enfants et encouragez-les aussi à partager leurs pensées et leurs sentiments avec vous.

Par-dessus tout, montrez-leur l’amour de Dieu. C’est principalement à travers leurs parents que les enfants apprennent à connaître leur créateur. Ils feront des erreurs, c’est sûr, mais sauront que vous ne cessez de les aimer.

L’amour et l’orientation impliquent également de fixer des limites réalistes à vos enfants. Assignez-leur des tâches, confiez-leur des responsabilités, et orientez-les vers une vie saine. À l’aide des principes éthiques et moraux, apprenez- leur à vivre de façon éthique et morale. Ceci dit, la meilleure façon de donner à nos enfants les moyens de bien vivre est de mettre en pratique ce que nous prêchons. Les enfants, en effet, s’arrêtent davantage à ce que nous faisons qu’à ce que nous disons.

Pour être un bon parent, il faut de l’amour et de la sagesse. Nous devons décider en toute conscience de continuer à nous instruire sur l’art d’être de bons parents. Mais pour cela, il faut une discipline personnelle et de l’engagement.

Quelle que soit la tournure que prendront nos enfants dans la vie, n’oublions pas qu’ils sont tous « un héritage de l’Éternel ». Nous, les parents, n’en sommes que les gardiens.

Si nous nous engageons envers Dieu, si nous nous outillons en tant que parents, si nous sommes sensibles aux besoins de nos enfants et les conduisons au trône de Dieu, alors, tel que promis dans Psaumes 127.3, nous leur donnerons le meilleur départ possible dans la vie. Ayons confiance en Dieu et en ses promesses (voir Mt 11.28-30 ; He 4.15,16 ; Jc 1.5,6) ! Dieu aime nos enfants plus qu’il nous sera jamais possible de les aimer. Il sera avec eux et fera ce qui est le mieux pour eux.

Par conséquent, remettons-nous, remettons nos enfants avec assurance entre les mains de notre Père céleste !


(1) Sauf mention contraire, toutes les citations des Écritures sont tirées de la version Louis Segond 1910.

(2) Ellen G. White, Jésus-Christ, p. 321.

Communications UFB

Author Communications UFB

More posts by Communications UFB

Leave a Reply